the new way
Caddy Buy on line

Test

Prochaines dates

FAQ

Francais

Accueil
BlackPowder
MountainSpring
Vente
Contact
  Test / FAQ  
Presse / News
R & D

Deutsch

Deutsch

English

English

MOUNTAIN SPRING :

Question : Pourquoi avoir mis une cordelette sur le ski ?
Réponse : Avant tout pour ne pas changer les habitudes. La cordelette permet de copier les sensations des chaussures de ski alpin, qui ont du flex vers l'avant et un arrêt brutal vers l'arrière. Elle permet en plus de précontraindre le ressort en carbone ce qui supprime le jeu avant/arrière. Enfin elle sert aussi de leash. Depuis 2009 il existe une version sans leash sur le ski qui peut être utilisée avec des chaussures assez rigides (coque Asolo ou Koflach, Boreal G1, LA SPORTIVA Spantik...) et un skieur bien équilibré ayant l'habitude de skier en appui sur l'avant, peut même utiliser cette version avec des chaussures souples.
Question : Quelle rigidité latérale obtient-on ?
Réponse : La plupart des fixations de ski de randonnée (Dynafit LowTech, Silvretta Pure...) transmettent l'inclinaison du ski uniquement par la butée avant. Avec le MOUNTAIN SPRING, le tibia est pris plus haut qu'une chaussure de ski, et le moindre mouvement latéral est transmis par la pièce de carbone directement jusqu'à quelques centimètres de la butée avant. L'arrière de la chaussure n'est pas impliqué dans la transmission des efforts. Ce principe permet d'obtenir une excellente conduite des skis même avec des chaussures souples.
Question : Existe-t-il des chaussures d'alpinisme avec inserts LowTech ?
Réponse : Pour l'instant non, mais nous travaillons activement à convaincre les fabricants de faire des chaussures d'alpinisme compatibles LowTech. En attendant, des chaussures d'alpinisme associées à des fixations classiques, permettent déjà un gain de performance spectaculaire à la montée.
Question : le MOUNTAIN SPRING est dans le sac à la montée ?
Réponse : En principe oui, on y a intérêt, sachant que le poids dans le sac à dos fait perdre environ 5 fois moins d'énergie que le même poids aux pieds. Mais pour une courte remontée, on peut se contenter de défaire la sangle velcro autour du mollet.
Question : Y a-t-il des problèmes de prise de care à la montée ?
Réponse : Avec des chaussures très souples, il faut adapter sa technique. Mais avec une bonne chaussure d'alpinisme, on peut très bien avoir une prise de care, de la même façon qu'on plante les crampons dans la glace quand on marche en dévers. Par contre on peut aussi jouer sur la souplesse de la cheville pour laisser la peau de phoque bien à plat. Disons qu'on a plus de possibilités.
Question : Y a-t-il des problèmes de froid avec des chaussures d'alpinisme ?
Réponse : Non. Une bonne chaussure d'alpinisme est faite pour pouvoir marcher directement dans la neige, alors qu'avec des skis, le pied est beaucoup moins en contact avec la neige. Qui peut le plus peut le moins.
Question : Et des problèmes d'humidité ?
Réponse : Non plus pour la même raison. Comme avec des chaussures classiques, un pantalon à soufflets ou des guêtres seront bien utiles pour descendre dans la poudreuse, mais en ski de rando l'humidité vient surtout de l'intérieur, à cause de la transpiration pendant l'effort de montée. Sur ce point des chaussures en cuir + GoreTex évacuent beaucoup mieux la transpiration que les coques en plastique, ce qui limite très fortement les ampoules.
Question : le MOUNTAIN SPRING est-il dédié au ski d'approche, ou peut-il être utilisé en compétition, rando classique, pente raide ou free ride ?
Réponse : En fonction des chaussures utilisées, le MOUNTAIN SPRING permet de couvrir une très large gamme d'utilisations (voir tableau).
Bien sûr pour un free rider qui ne chercherait que la performance pure à la descente, sans se soucier de la montée, rien ne peut remplacer le matériel de ski alpin avec des adaptateurs.
A l'opposé pour un usage en compétition de ski-alpinisme, AlpControl n'a pas vocation à concurrencer les XP500 de Pierre Gignoux.
Entre les deux, le point fort du MOUNTAIN SPRING c'est la polyvalence, et dès qu'une sortie à peau de phoque se déroule sur un terrain varié avec marche d'approche, peau de phoque, passages techniques en rocher ou en glace avec utilisation de crampons, descente à skis... le compromis offert par AlpControl est très difficile à égaler !
Question : Il y a-t-il un risque de casse ou de fragilité à cause du froid ?
Réponse : Des prototypes sont testés depuis 2004, ils se sont très bien comportés en Alaska, en Himalaya et en Antarctique pas des conditions extrêmes, et le modèle de série est plus solide que les prototypes faits de façon artisanale.
Le ressort en fibre de carbone HR (Haute Résistance) est calculée pour résister au déclenchement frontal d'une fixation qui serait réglée à environ DIN 18. Il y a donc un coefficient de sécurité important.
N'hésitez pas à nousposer d'autres questions.
Merci.